Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/02/2007

Raymond Aron disait : "Il ne faut jamais sous-estimer le rôle de la bêtise dans l'Histoire"

"La volonté de paix a été la principale motivation des pères de l'Europe"
Faux : après la guerre, les dirigeants francais se préparaient à un éventuel conflit avec l'Allemagne. Seule la peur de l'Union Soviétique a permis l'alliance des nations ouest-européennes. D'ailleurs, Francois Mitterrand avait bien senti, après l'écroulement de l'empire communiste, le risque de dislocation de l'Europe. En effet, le danger communiste disparaissant, l'Europe des technocrates risquait d'apparaître sous son vrai visage aux yeux des Français : un système artificiel absurde, au service d'intérêts étrangers. C'est pourquoi Mr Mitterrand a décidé, au début des années 90, sans en référer au peuple français, d'emmener la France sur la voie du fédéralisme européen. Sacrifiant ainsi la Nation francaise, la démocratie et la souveraineté du peuple Français à une illusion d'Europe américaine. Je ne parle même pas de cette parodie de démocratie que fut le référendum dit "de Maastricht". Quinze ans après, on peut juger l'arbre à ses fruits.
Commentaires bienvenus.

Commentaires

Je suis jeune et ignorant... J'aimerais savoir si vous pourriez dire à qui directement vous vous référrez lorsque vous parlez de dirigeants se préparant à une nouvelle guerre avec l'Allemagne; j'ai du mal à croire qu'un pays morcelé comme l'Allemagne en plusieurs zones alliés et en un bloc soviétique puisse motiver une telle idée...??

Écrit par : LaToufe | 13/02/2007

En 1918, l'Allemagne était en ruine suite à quatre
années d'une guerre d'usure. En 1929, c'était un pays
au bord du gouffre, ruiné par la crise économique et
financière mondiale. Dix ans après, l'Allemagne était
devenu le pays le plus puissant du continent euro-
asiatique, écrasant en trois semaines l'armée
considérée comme la plus puissante au monde. Au début
des années 30, les USA refusèrent à la France de
recouvrer tout ou partie des paiements au titre des réparations pour dommages de guerre (14-18), en échange d'une garantie d'intervention en cas de litige. Ce qui permit à l'Allemagne de se remilitariser mais aussi de réoccuper la Rhénanie en 1936, sans que ni les USA, ni le Royaume-Uni ne réagissent. La France se retrouvait seule face aux nazis, ses alliés préférant les paroles aux actes. Par conséquent, après la seconde guerre mondiale,les dirigeants francais étaient persuadés que l'Allemagne se relèverait, et que par fierté et par nature, elle reprendrait sa place au sein de la compétition
internationale. Ce n'était certainement pas sa situation économique du moment, ni la présence des USA sur son sol qui auraient pu les en dissuader. En 1945, l'ennemi
héréditaire est encore l'Allemagne pour les français.
C'est en 1947 que les dirigeants français prennent
conscience que le danger principal est devenu l'Union
Soviétique et qu'ils demandent une aide militaire
directe des USA. Je vous rappelle également que pendant de nombreuses décennies, les gouvernants français étaient contre la réunification de l'Allemagne, ce qui montre bien la nature de leurs sentiments à son égard.

PERICLES

Écrit par : PERICLES | 13/02/2007

Blog intéressant Pericles!

Écrit par : Peter Hoopman | 14/02/2007

Je vous remercie pour cette réponse qui permet de comprendre les idées des dirigeants de l'époque.

J'ai toutefois une autre remarque à vous faire. Dans votre citation sur la volonté de la paix disant que c'était la principale motivation des pères de l'Europe, vous répondez faux et vous commencez votre argumentation en partant sur les dirigeants français d'après-guerre...i nsinuez-vous que ces dirigeants français sont les pères de l'Europe ? Le point de départ me semble étrange pour commencer à désenchanter sur la volonté des pères de l'Europe. J'ai toujours cru que les pères de l'Europe était Schuman, Adenauer et de Gasperi et leur volonté d'union européenne n'est pas forçément directement lié à la Guerre Froide. Prenez de Gasperi par exemple, c'est à la fin de la seconde guerre mondiale qu'il a voulut redonner une place à l'Italie dans le Concert des Nations Occidentales. Tous les 3 étaient des pro-européens de part leur naissance proche des frontières des autres pays européens, de Gasperi est né dans la Province de Trente, province frontalière à la Suisse et à l'Autriche, Schuman bien sûr la Lorraine et Adenauer dans la Rhénanie. Pensez-vous que la construction de l'union européenne aurait pu se faire sans ses hommes ?

De plus, je me demande toujours à qui directement vous faites référence lorsque vous parlez des dirigeants français: Gouin, Bidault, De Gaulle lui-même ? des personnes présentes dans leurs gouvernements ?

Écrit par : La Touffe | 16/02/2007

Cher(e) La Touffe.

Pour quelqu'un d'ignorant, vous semblez très bien connaître ce sujet. Vous l'avez certainement constaté, mon blog est un blog politique et non pas un blog historique. Ma démarche n'est en rien scientifique. Mon objectif, à travers ce texte, n'est pas l'exactitude historique, mais de donner mes conceptions politiques du monde qui nous entoure. Pour ce faire, je vous l'accorde, je me permets de simplifier des situations complexes, de raccourcir des époques qui, souvent, ont des limites assez floues, mais aussi de faire certains amalgames. Mon but étant de mettre en valeur certains faits pour argumenter mon propos, sans avoir recours à la manipulation. Pour l'Europe, comme pour bien des sujets, ce qui m'intéresse, ce ne sont pas les comportements individuels, sauf s'ils sont significatifs, mais bien les comportements collectifs. Chaque individu a son opinion qui peut paraître proche de son collègue, mais qui souvent diffère de manière importante. Il en est de même dans les partis politiques. Il est même courant de voir des hommes politiques afficher des convictions qu'ils contredisent dans leurs actes lorsqu'ils sont au pouvoir. Mon propos, dans ce texte, était de dénoncer la manipulation qui consiste à dire que l'Europe a pour fondement la paix. Elle a eu comme origine la peur de la guerre, et notamment de l'Union Soviétique. Ce fut une alliance comme l'Histoire en a connu de nombreuses, sous l'égide des USA, qui avaient les moyens d'imposer leurs vues stratégiques aux Nations d'Europe. Elle était, à mon sens, très empreinte d'une vision anglo-saxonne du monde (Jean Monnet fut très proche des milieux dirigeants américains où il séjourna pendant la guerre). Globalement, la classe politique et médiatique de la quatrième République était, dans les actes, favorable à cette vision de l'Europe (comme elle l'est encore aujourd'hui). Seul le Général de Gaulle s'opposa clairement et efficacement, dans ses actes, à cette Europe.
J'espère avoir répondu en partie à votre question. Quant à Messieurs Adenauer et de Gaspieri, ils ne concernent pas mon propos car ils ne sont pas français. Enfin, je pense que sans l'Union Soviétique, il n'y aurait pas eu d'Europe telle qu'on la connait, (comme il n'y aurait pas eu de sécurité sociale, ou de systèmes sociaux protecteurs).
Dans les affaires humaines, la peur est, hélas, plus créatrice que les belles intentions.

Écrit par : PERICLES | 16/02/2007

Les commentaires sont fermés.