Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/05/2007

Pourquoi la sécurité sociale est condamnée.

medium_vitale.3.jpg


Il est intéressant de constater que tout le monde parle de la sécu et de ses problèmes, sans se demander pourquoi elle en est là.
Bien sûr, nos médias nous rappellent souvent que, si la sécu est en difficulté, le chômage mais aussi le sens des responsabilités défaillant des français en sont les principales causes. Tout cela n'est pas faux mais, comme d'habitude, le problème est mal posé; ce qui permet de ne jamais y remédier.

Pourquoi ces deux arguments ne tiennent pas ?
- Parce que, depuis trente ans, malgré la crise économique et un chômage de masse endémique, les (ir)responsables politiques et les dirigeants de tous poils ont multiplié les largesses et distribué l'argent de la collectivité à qui voulait bien le prendre.
Pourtant, tout homme sain d'esprit qui croule sous les dettes, qui a une femme et des enfants à sa charge, réduirait ses dépenses au strict nécessaire.
- Quant à l'irresponsabilité des français ; ils ne font que ce qu'on les laisse faire.
Pourquoi lorsqu'il s'agit des impôts (et donc des recettes de l'Etat), l'administration part du principe que tout citoyen peut frauder et investit donc une bonne partie de ses budgets au contrôle ?
Pourquoi avec la sécu n'y-a-t'il pratiquement jamais de contrôles, sans parler de sanctions ?
Tout simplement parce que certains aimeraient bien la voir mourir de sa belle mort.

Pourquoi ?

Posons-nous la question : pourquoi la Sécurité Sociale est-elle apparue en 1945 ? Est-ce parce que les dirigeants et patrons de l'époque étaient subitement devenus humanistes ?
Pourtant, du début de la révolution industrielle jusqu'à la fin de la deuxième guerre mondiale, les travailleurs ne disposaient de presqu'aucune protection sociale.Ils travaillaient comme des esclaves dans les usines ou les mines, prenaient des risques énormes avec leur santé et parfois leur vie, et étaient payés juste ce qu'il fallait pour survivre (pour reproduire la force de travail comme disait Marx). Bien entendu, lorsqu'ils ne pouvaient plus travailler (pour cause d'accident, de maladie ou de vieillesse), ils n'avaient plus qu'à crever dans les nombreux mouroirs pour indigents.
Je rappelle que les enfants subissaient les mêmes traitements : à l'âge de 4 ou 5 ans, ils travaillaient dans les usines ou les mines, vingt heures par jour, six jours par semaine (avec la bénédiction de l'Eglise, garante de l'ordre), souvent victimes d'accidents mortels ou invalidants.
medium_ForageTrous2098.jpg


Tout au long de ces années, aucune (ou presque aucune) loi significative ne vint changer cet état de fait, le patronat se protégeant derrière le principe de responsabilité personnelle -chaque individu devant économiser dans un but de prévoyance- ce qui, bien entendu, reléguait une bonne partie de la population à la misère et à la mort.
medium_GalibotenTenue2068.jpg

La Révolution Russe changea complètement la donne. Le communisme naquit sur les horreurs du libéralisme économique (ce dernier étant la première forme de totalitarisme du monde moderne).
Le rapport de force allait être complètement bouleversé. Ce qui explique que la droite française, ainsi que bien des patrons français, allaient soutenir Hitler, héraut de l'anticommunisme, et se fourvoyer dans la collaboration.
Mais Hitler le fou fut écrasé par la machine de guerre soviétique. La France était au bord de la révolution rouge. Les grèves générales et les émeutes se multipliaient, organisées par la CGT et le parti communiste français ; le patronat français commençait à faire dans sa culotte.
medium_staline.jpg

C'est la raison pour laquelle ce fut le patronat français, et non le PC, qui voulut la sécu (même si ce fut de Gaulle qui signa le décret), le PC n'ayant, en effet, aucun intérêt à voir une mesure sociale ralentir la marche de la révolution.
Ce furent pour les mêmes raisons que les USA nous fournirent le plan MARSHALL.
L'alliance militaire en 1947 avec les USA ainsi que la création de la communauté européenne avaient également pour objectif de faire barrage au communisme.
Nos élites et dirigeants n'étaient pas devenus spontanément des apôtres de la paix, de l'amour et du partage, seule la peur de tout perdre les a incités à donner.
medium_drapeau_europeen_2.jpg


Petit à petit, l'URSS va monter en puissance et, comme par hasard, les inégalités économiques vont progressivement s'atténuer dans les pays occidentaux. Puis arrive le moment où l'URSS s'affaisse, avec la guerre en Afghanistan. Bien entendu, l'ultra-libéralisme et ses inégalités économiques refont surface, incarnés par Ronald Reagan et Margaret Thatcher. Est-ce un hasard ?
Et François Mitterrand, qui se fait élire pour le grand soir en 1981, pratiquera, dans les faits, une politique économique de droite, et soutiendra un projet européen d'inspiration ultra-libérale (traité de Maastricht en 1992).

A partir de quand le déficit de la sécu devint-il une préoccupation nationale ? Au début des années 90 (1).
Quand l'URSS a-t'elle sombré définitivement ? Au début des années 90.

Je viens donc de vous démontrer que la sécurité sociale n'a plus d'utilité pour nos élites. Elle est donc condamnée. Ce n'est qu'une question de temps.
Comment faire ? C'est très simple : il suffit de ne jamais contrôler afin que les escroqueries se multiplient. Il suffit de distribuer l'argent à quiconque le réclame, citoyen français ou non, souvent pour des motifs à dormir debout.
On cache tout ceci sous une couche de bons sentiments ; on organise quelques campagnes de presse pour convaincre le citoyen moyen que le système est pourri et qu'il n'a aucun intérêt à continuer de payer pour une passoire... et le tour est joué.

Mes chers concitoyens, rendormez-vous, vos représentants politiques veillent sur vos intérêts.
Ne vous syndiquez pas, ne soyez pas solidaires, haïssez le conflit, soyez optimistes, ne voyez pas le mal partout, vivez dans la paix et dans l'amour. Ayez confiance dans vos médias et dans vos partis politiques, surtout s'ils se disent de gauche.
Et puis à quoi sert l'esprit critique sinon à être malheureux.

Bonne nuit.




(1) Depuis 1993, des exonérations de charges patronales sont accordées aux entreprises dans le but de diminuer le coût du travail, notamment du travail le moins qualifié. Depuis la loi du 25 juillet 1994, toute nouvelle exonération doit être compensée intégralement par l'État
D'une manière générale, on assiste en France à une augmentation du financement de la Sécurité Sociale par l'impôt, les entreprises se désengageant du financement.
medium_vitale.2.jpg

Commentaires

Voilà une analyse lucide, qui n'est pas nouvelle, mais qu'il est bon de rappeler. Merci.

Écrit par : Victor | 29/04/2007

super interessant, merci

Écrit par : la calmette | 29/04/2007

J'apprécie votre travail, merci à vous pour vos idées et je suis pleinement d'accord avec vous. Bref, votre blog est vraiment excellent, je pensais à tout ça en + l'autre jour ! Ce blog me donne envie d'en mettre en ligne un également... j'espère que j'y arriverai !

Écrit par : trotinette | 18/08/2010

Merci à vous,
et pourquoi pas un nouveau blog !

Écrit par : Péricles | 19/08/2010

Les commentaires sont fermés.