Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/04/2007

Extrême-droite irresponsable.

Après les conversations douteuses de de Villiers au sujet des Turcs, voici un article paru sur le blog d'un fan de Jean Marie Le Pen :

"Policier tué : "C'était une bande de blacks"

http://www.youtube.com/watch?v=q9qsFUFBqNs

Marcel Campion, président de l’Association du monde festif, dit très clairement que, pour lui, il n'y a pas de doute : le policier, fonctionnaire de la SDI11 basé à Bessières, a été poussé. Un policier qui laisse une petite fille".

Puis la conférence de presse de Jean Marie Le Pen :

"Communiqué de presse de Jean-Marie LE PEN. Foire du Trône : arrêtez de mentir aux Français.

Le gouvernement UMP, particulièrement le ministre Baroin, ne sert pas son candidat à la présidentielle par sa gestion désastreuse de l'affaire de la Foire du Trône. Il est scandaleux de faire pression sur les témoins, pour tenter de confirmer la version officielle de « l’accident ».
Il est absurde d’envisager de fermer la Foire du Trône, comme si, en supprimant le lieu du crime, on pouvait effacer ce qui s’est passé.
Il est surtout dérisoire d’imaginer pouvoir cacher la vérité sur le meurtre du policier Caron par une bande de voyous ethniques. Les Français sont au fait de la montée des violences en tout genre, notamment contre les forces de l’ordre.
La campagne présidentielle ne doit pas être l’occasion de dissimuler les problèmes, mais au contraire de les voir en face, afin de permettre aux citoyens de se déterminer sur le candidat le mieux à même de les affronter."

Messieurs, comment pouvez-vous vous réclamer du respect de la Nation, quand vous mettez en cause le sérieux des institutions (policières et judiciaires), simplement parce que vous voulez atteindre le gouvernement en place ? Avez-vous des éléments sérieux pour étayer vos insinuations ? Si c'est le témoignage de Monsieur Campion que l'on voit sur la vidéo, laissez-moi vous dire qu'il manque sérieusement de fiabilité, tout simplement parce qu'il n'a rien vu et qu'il ne fait que rapporter des dires, qui eux-mêmes étaient peut-être déjà des ouï-dire.
Il y a un vingtaine d'années, j'ai été témoin d'un accident : une jeune fille était tombée dans le vide à cause d'un mouvement de foule. Par malheur, deux noirs se trouvaient là, et il s'est trouvé un hurluberlu pour se mettre à crier que c'était eux qui avaient fait le coup. Fort heureusement, nous avions été plusieurs à voir la scène, et avions pu constater que ces deux personnes n'avaient rien à voir là-dedans.
Pourtant, je peux vous garantir que des dizaines de témoins, qui physiquement n'avaient pas pu voir la scène, ont confirmé cette version délirante. Après enquête, il a été établi par des faits indiscutables que les deux accusés ne pouvaient pas avoir commis cet acte.
Heureusement que tous les français ne sont pas racistes (comme les médias veulent bien nous le faire croire), sinon ces deux malheureux auraient pu être lynchés.

Quant à vos allégations, elles ne reposent que sur des rumeurs. Que les forains de la Foire du Trône subissent des agressions est certainement vrai. Qu'un black (comme un blanc d'ailleurs) soit capable de commettre un meurtre gratuit et sordide est incontestable. Qu'il existe des tensions ethniques est indiscutable. Que la classe médiatique et politique essaie de nier tous ces problèmes est évident. Cela ne fait pas d'une bande de voyous, des assassins. Peut-être le sont-ils ? Mais vous n'en avez aucunes preuves. Accuser des individus de crime , sans preuves et sur la foi de témoignages bidons, est un acte extrêmement grave.
Mettre en doute l'intégrité de la police et de la justice, tout simplement pour éclabousser l'UMP, est irresponsable et encore plus grave, car vous jouez avec la paix civile.
Savez-vous ce qui ronge la France ? Ce ne sont pas les "bandes de blacks", mais l'esprit partisan. Cet esprit qui fait qu'on est prêt à tout pour avoir la place, même s'il faut mettre le feu à la maison.
La délinquance et les tensions ethniques ne sont que le résultat de cette irresponsabilité collective : demandez donc, après vos insinuations, à un jeune paumé de banlieue de respecter les institutions, quand vous-même y mettez (symboliquement) le feu, quand cela sert vos intérêts.
Qu'est-ce-qui est le plus grave pour la paix civile : un voyou qui brûle une école, ou un homme politique qui met en doute l'intégrité des institutions ? Selon moi, il y a une hiérarchie dans les responsabilités.

Une société repose sur la confiance, et il y a des sujets qui, pour un démocrate ou un républicain, devraient être maniés avec précaution et responsabilité.
Si vous avez des éléments concrets, donnez-les, sinon, si vous aimez réellement votre pays, taisez-vous !

11/04/2007

Les islamistes sont-ils des alliés de l'Amérique ?

Quel est le lien réel entre les USA et les islamistes ?
Sont-ils d'irreductibles ennemis ou bien la réalité est-elle plus complexe ?
Et si il y avait, en réalité, une alliance d'intérêt entre les islamistes et les USA ?
Quels sont les éléments qui font que je me pose cette question ?

L'histoire commence par la création, le financement,la formation militaire et logistique (subversion, propagande, organisation, armement...) des groupuscules activistes islamistes par les USA lors de la guerre d'Afghanistan dans les années 70-80.

medium_terrorist.jpg

Ben Laden est le fils spirituel de la CIA. Ce sont ses membres qui l'ont formé pendant la guerre d'Afghanistan. C'était un allié objectif et très utile dans leur lutte contre l'empire soviétique. Dans un monde médiatisé comme le nôtre, où le moindre délinquant peut faire la une des médias nationaux en brûlant une voiture, donner une telle formation et des moyens à des activistes fanatiques et déterminés, c'est s'exposer à les voir monopoliser la scène médiatique (et donc politique) mondiale.

Les USA ont été également les alliés des islamistes bosniaques pendant la guerre en ex-Yougoslavie au début des années 90. Ils ont, par exemple, mis à la tête de l'état bosniaque Monsieur Izetbegovic. Ce dernier a offert la nationalité bosniaque à Ben Laden pour services rendus à la cause (il avait, en effet, décapité quelques Serbes). Savez-vous que Monsieur Izetbegovic, que nos amis US et médias nous présentaient comme un homme de paix, un modéré, était un intégriste (il a écrit un livre prônant la charia dans les années 70). Il fût également recruteur pour la division musulmane SS Handschar (en effet, les musulmans étaient alliés aux nazis pendant la guerre 39/45) et est à l'origine de nombreux massacres de Serbes civils et militaires.
Quand on pense que nos médias, toujours prompts à relayer la propagande américaine et à défendre les intérêts US (quand ils ne dénigrent pas leur propre pays), nous présentaient les Serbes comme des nazis, alors qu'ils furent des alliés de la France.
Comble de l'ironie, Madeleine Albright (secrétaire d'état aux affaires étrangères de 1997 à 2001 sous la présidence de Clinton), pincipale initiatrice de cette cabale anti-serbe, fut recueillie et protégée des persécutions antisémites par une famille serbe, lorsqu'elle était enfant. Si cela ne s'appelle pas du cynisme...

medium_180px-Bosnia_mig29.jpg

L'Amérique fut également une alliée de la cause musulmane au Kosovo. La présence de conseillers militaires américains auprès de l'UCK (l'armée d'indépendance du Kosovo) pendant la guerre du Kosovo, à la fin des années 90, est avérée : officiellement, l'intervention américaine au Kosovo avait pour objectif de protéger les musulmans des exactions serbes (qui n'ont été commises qu'après le début du conflit), et non pas d'aider à la création d'un état musulman indépendant. Les exécutions de masse de kosovars par les serbes, qui ont servi de prétexte à l'intervention US, n'ont en réalité jamais existées (comme les armes de destruction massive irakiennes ; mais l'avantage avec des médias complices, c'est qu'on peut toujours utiliser les mêmes grosses ficelles, cela marche à chaque fois).
Depuis la fin de la guerre, le Kosovo connaît, dans une indifférence médiatique très étrange et totale, une épuration ethnique anti-serbe (harcèlement, églises brulées, viols, meurtres et pogroms) ; avec l'accord tacite des USA, puisque cette épuration est la plus importante dans le secteur sous responsabilité américaine. Il existe d'ailleurs un plan (connu des organismes internationaux) visant à faire du Kosovo une terre à 100% musulmane (10% avant l'intervention militaire US). Et pourtant, en 2007, les organismes internationaux (voix de l'Amérique) proposent la création d'un état musulman indépendant, avec l'appui de l'Europe pro-US (grâce à la carotte de l'adhésion à l'Union et à la promesse d'aides économiques).

medium_180px-KFOR_Kosovo1.jpg


Il y a également l'alliance très étrange entre les USA et l'Arabie Saoudite (malgré tous les efforts de nos journalistes pour nous faire croire que cette alliance bat de l'aile). Les Ben Laden font partie de l'entourage de la famille dirigeante saoudienne, qui est elle-même très proche des cercles du pouvoir US. Cette même Arabie qui, grâce à l'argent du pétrole et à son positionnement géographique et idéologique (tout musulman devant faire au moins un voyage à la Mecque dans sa vie), a pu diffuser le wahhabisme, vision de l'islam fanatique et rétrograde et terreau du terrorisme, dans l'ensemble du monde musulman depuis les années 70.

Enfin, sachant tout cela, ne trouvez-vous pas étrange qu'en France, quelques semaines après le refus de Monsieur Chirac de participer à la guerre d'Irak, le problème du voile ait refait surface et empoisonné le débat politique et médiatique ?
Quand on connait les relations très étroites entre les milieux islamistes français (voir Union des Organisations Islamiques de France ainsi que Tariq Ramadan et les Frères Musulmans) et l'Arabie Saoudite (notamment le financement des mosquées) et la manière dont toute cette opération a été menée, cela a de forts relents de guerre psychologique, ne croyez-vous pas ?
medium_immigre.jpg

Les USA, comme souvent dans leur Histoire (voir le rôle de soutien de la CIA auprès des combattants du FLN communiste pendant la guerre d'Algérie), jouent un double jeu très dangereux : le rôle du pompier pyromane. Ils combattent officiellement les islamistes tout en s'en servant.

Mais quel est leur objectif principal ?
Je vous rappelle que, selon Mackinder (géographe britannique considéré comme l'un des pères fondateurs de la géopolitique anglaise), le monde est composé de deux zones : le heartland (qui est en fait l'actuelle Russie) qui est entouré du rimland. Selon Mackinder, celui qui contrôle le heartland contrôle le monde. Les USA considèrent donc encore la Russie comme leur principal ennemi (car potentiellement la plus susceptible de remettre en cause leur hégémonie). Toute leur politique extérieure s'attache donc à isoler et à détruire la Russie :
- grâce aux alliances militaires de l'OTAN qui l'isole de l'Europe,
- grâce au contrôle politique de l'Union Européenne qui empêche les états de se rapprocher de la Russie (voir la propagande anti-russe actuelle),
- grâce à l'alliance US avec l'islam en général, et les islamistes en particulier : alliance avec la Turquie, implantation de bases militaires dans les pays d'islam entourant la Russie, soutien à la Tchétchénie mais aussi création de toutes pièces d'Etats musulmans (Bosnie, Kosovo) au sein même de l'Europe, avec tous les risques que cela comporte pour sa sécurité, afin de ceinturer la Russie d'états hostiles. Les USA soutiennent également les intérêts de la Turquie, en organisant de très belles propagandes en faveur de son adhésion à la communauté européenne.
medium_drapeau_feu_iark.jpg


Mais, et le 11 septembre me direz-vous ! Et la guerre d'Irak ?
Vu les avantages stratégiques de l'alliance américano-islamique, vu le cynisme des dirigeants américains, vous connaissez la formule : on ne fait pas d'omelette...
Grâce aux islamistes, ils ont isolé leur ennemi héréditaire, la Russie, et l'ont empétrée dans des guerres perpétuelles qui l'empêcheront de recouvrer sa puissance, et donc de remettre en cause l'hégémonie US.
Grâce à eux, ils ont pu justifier la guerre en Irak, et faire (ou plutôt essayé de faire) main basse sur leur pétrôle.
Grâce à eux, ils n'ont jamais paru aussi indispensables aux yeux des dirigeants (pas des opinions) du monde comme stabilisateurs ( il me paraît évident que les USA ont besoin de créer des conflits pour justifier leur hégémonie).
Grâce à eux, les USA peuvent justifier aux yeux de leur opinion publique des investissements militaires inouïs.
Grâce à eux, ils peuvent destabiliser les états occidentaux indociles qui abritent de fortes minorités musulmanes (comme la France, avec l'appui des médias nationaux et via les nombreux réseaux islamistes franco-saoudiens). Pendant que la France éteint le feu dans ses banlieues, elle n' a plus les moyens de jouer les trouble-fêtes en Irak, ou ailleurs.

C'est une stratégie brillante, si l'on se place du point de vue des intérêts américains. Mais pour l'Europe, et surtout pour la France, l'avenir est lourd de menaces. Il serait d'ailleurs temps que nos "dirigeants" en prennent la mesure...

07/04/2007

La France est-elle raciste ?

medium_racisme2.jpg


La France est-elle un pays où une majorité de la population croit à l'inégalité des races ? Y-a-t-il en France des institutions qui pratiquent une discrimination raciale systématique, basée sur une politique de hiérarchisation des races ? Existe-t-il en France une politique d'apartheid volontaire ? Y-a-t-il en France des pogroms réguliers et meurtriers encouragés plus ou moins tacitement par les autorités ?
Celui qui soutient ce genre de discours, soit n'habite pas en France, soit regarde trop la télévision, soit les deux à la fois.
medium_racisme.2.jpg

Comment peut-on, de bonne foi, dire que la France est un pays raciste ?
Parce qu'il y a des français racistes ? Quel pays de 60 millions d'habitants peut se targuer de ne pas avoir de racistes ?
Parce qu'il y a une discrimination à l'embauche pour les gens de couleurs ? Mais demandez donc aux gens très laids, aux obèses, aux handicapés, aux bègues, aux gens qui louchent.... s'ils ne sont pas victimes de discriminations. Dans un pays en crise qui a 5 millions de chômeurs, tout ce qui vous fait sortir du lot et qui ne rassure pas l'employeur vous condamne au chômage.
Imaginons un poste de secrétaire de direction à pourvoir avec deux jeunes femmes à compétences égales en lice : une superbe jeune femme française d'origine algérienne, physiquement très typée mais très belle, parlant parfaitement la langue française, et, en face, une gauloise de souche, normande aux joues rouges et à la couperose, 80 kg pour 1 m 55, et laide comme un pou de surcroît. D'après vous qui va être discriminée ? Vous pouvez toujours dire que cet exemple est une caricature ; si je vous l'avais proposé avec comme contexte l'Afrique du sud des années 80, entre une noire et une blanche, la réponse aurait été totalement différente.
medium_imigre4.jpg
Celui qui soutient que la France est un pays raciste est :
- soit un imbécile qui ne connait pas le sens des mots ou qui répète bêtement ce qu'il entend sans savoir pourquoi,
- soit un ignorant qui n'a jamais vécu suffisamment longtemps dans un pays étranger pour pouvoir juger,
- soit un extrémiste qui pense que toute chose doit atteindre l'absolue perfection pour qu'on la considère comme normale,
- soit un individu mal intentionné ayant un intérêt à semer la division dans un pays prompt à la discorde.
medium_racisme3.png

Car à qui profite le crime ? Pourquoi nous rabâcher tous les soirs que nous sommes d'indécrottables racistes, colonialistes, nazis, Dupont-la-joie, facistes,... alors que l'Europe (France incluse) est le continent le plus tolérant au monde : vous pouvez faire ce que vous voulez, arborer n'importe quel signe religieux en public, garder vos coutumes d'origine, vous balader à poil, fumer du shit dans la rue, insulter un poulet ou même le Président de la République, insulter tous les croyants ainsi que le pape... Je vous mets au défi de faire la même chose sur le continent africain, au Maghreb, au Moyen-Orient, en Asie, en Russie, au Japon, en Chine, en Amérique du sud... sans risquer la mort soit institutionnelle, soit par lynchage.
medium_violence_urbaine.2.jpg


Alors peut-être est-ce à cause de notre Histoire ? Donnez-moi le nom d'un seul pays qui n'a pas de sang sur les mains.
" Les plus corrupteurs des mensonges sont les problèmes mal posés" disait Bernanos.
Pourquoi les médias et la classe politique cherchent-ils à orienter le débat sur les questions ethniques ? Pourquoi dans tous les reportages parle-t-on systématiquement de communautés musulmane, homosexuelle, juive ? Comme s'ils avaient peur qu'on oublie le communautarisme.
Est-ce l'expérience des USA où les problèmes raciaux occultent (pour le plus grand bonheur des puissants) les problèmes sociaux ?
En effet, il est plus facile, moins coûteux et beaucoup moins risqué d'afficher ses bons sentiments et son anti-racisme que de s'attaquer aux pouvoirs de l'argent (ceux qui financent les campagnes électorales entre autre).
De plus, les travailleurs français "d'origine" (qui sont encore majoritaires et donc potentiellement dangereux) n'ont plus à se plaindre, même si on les exploite sans vergogne tout comme les travailleurs immigrés, car ils ne sont pas de couleur. Un bon moyen de les baîllonner !
Enfin nos politiques (à courte vue) croient appliquer les préceptes de Machiavel : diviser la France pour mieux régner. Grosse erreur... Celui qui amène la division dans une cité pour s'en emparer ne pourra jamais y régner. Car la division est une gangrène qui finit par s'étendre sur tout le corps social, pour souvent se terminer en guerre civile (dixit Machiavel).

05/04/2007

Emeutes à la gare du nord : La France irresponsable !

Regardez bien cette vidéo. Regardez comme la France de la bonne conscience souffle sur les braises et s'amuse de voir des désoeuvrés et des pauvres types jouer à la guerre et à l'intifada. Sachant tous très bien, qu'étant dans un Etat de droit, ils ne risquent pas grand-chose.



Qui se lèvera pour fesser tous ces irresponsables : je ne parle pas des jeunes qui ne se rendent pas compte de leurs actes, mais de tous ces adultes qui les encouragent, les défendent, sourient à leurs "révoltes" au lieu de poser les règles.

Que de bonne conscience, d'hypocrisie, de lâcheté, d'esprit partisan, d'irresponsabilité, d'ignorance et de bêtise.
Voici un bel exemple de régression intellectuelle et morale.

La société française joue avec le feu, assise sur une caisse de dynamite.

L'école républicaine est-elle morte ?

medium_drapeau.jpg


Question : résumer le problème actuel de l'école française à un problème de pédagogie, n'est-ce pas réducteur ? N'est-ce pas l'arbre qui cache la forêt ?
Comment l'école républicaine, telle qu'elle était il y a encore quelques années, peut-elle survivre à la mort de la République ? Même si tout le monde en parle, la République française est morte ou au bord du trépas. Parler d'un
mort ne veut pas dire qu'il vit encore.
Comment la République peut-elle survivre à la mort de l'esprit républicain ? Parler aujourd'hui de Nation, de souveraineté populaire, de projets collectifs, de culture française (voire de culture tout court) ou d'Histoire de France revient à être taxé, au mieux de réactionnaire, au pire de facho.
Pourquoi le débat actuel ne s'attache-t-il qu'aux détails ? Le pédagogisme à la sauce mai 68 n'est que le symptôme, pas la cause de la maladie. Le pédagogisme et l'idéologie qu'il sous-tend ne se sont developpés que dans le vide laissé par l'idéologie républicaine.
Pourquoi le peuple français a-t-il rejetté l'idéologie républicaine ?
Certains pensent que les horreurs des nationalismes totalitaires, fascistes et communistes, en sont une des causes. Pourtant, ces derniers n'ont remplacé que des états faibles et des sociétés en voie d'atomisation, comme la nôtre actuellement.
Et puis, penser éviter le totalitarisme en instaurant l'anarchie (je parle ici du projet politique et philosophique anarchiste) est une erreur que les anarchistes espagnols ont découvert à leurs dépens dans les années 30, pendant la guerre d'Espagne.

Je pense, quant à moi, que l'origine du mal vient d'une véritable peur du conflit qui traverse la société française, et ce, depuis la première guerre mondiale.
La réaction française à l'envahisseur allemand en 1940 montre bien, qu'à part une minorité, les français n'avaient plus la volonté de combattre. Les intentions allemandes étaient pourtant claires : l'esclavage pour les colonisés. Ces réactions sont compréhensibles mais incroyables pour un peuple qui avait fait de la liberté et de la dignité humaine sa valeur suprême.
Cette peur du conflit s'est également exprimée dans l'adhésion quasi-générale de la population française à l'idéologie communiste qui promettait un monde sans contradictions et donc sans conflits. Elle a enfin explosé dans le projet de société post 68 et son refus de tout conflits : au niveau individuel par le rejet de toute sorte de contraintes (sociales, responsabilité, ambition, déni de la souffrance et de la mort, de l'argent, fusion dans un conformisme communautaire...) ou collectif par la liquidation de tout ce qui peut créer un risque de confrontation (Nations et frontières, idéal républicain, culture française, Histoire de France, fierté individuelle ou collective, syndicalisme et engagement politique, relativisme généralisé sur toutes les valeurs : femme voilées et liberté de la femme, communautarisme et individualisme libertaire... tout est désormais culturel).

Tout ceci permet au peuple français de vivre dans un monde utopique où le conflit a ou peut disparaître.
Il oublie, ou tente de nier, que la confrontation directe a été remplacée par une violence moins visible (ce qui permet d'avoir bonne conscience) mais plus inhumaine et aussi destructrice. Prenons l'exemple des entreprises : la confrontation syndicale a disparu au profit d'un management manipulateur, mélange de propagande prônant des valeurs pseudo-humanistes, de rapports en apparence cordiaux mais souvent lourds de menaces et de peur, de pressions psychologiques, d'incitation à la délation, sans oublier le harcèlement institutionnalisé (je peux témoigner que de nombreuses formations en management, où on vous enseigne le harcèlement avec moult euphémismes, existent). L'employé ou l'ouvrier n'est plus un ennemi que l'on combat avec le respect qu'engendre la peur, mais un esclave qu'on utilise et qu'on dresse à la soumission avec l'aide de psychologues grassement rétribués utilisant les théories comportementales et leurs connaissances en neurobiologie.
Bien entendu, on entretient l'illusion du conflit en s'attaquant à des fantômes ou en tirant sur des ambulances comme les fascistes, les Sadam... ce qui permet d'avoir le statut de héros sans risques (avez-vous remarqué que le nombre d'anti-fascistes est inversement proportionnel au nombre de nazis : c'est mathématique !)

Cette peur du conflit qui transpire par tous les pores de la société française est, à mon avis, la principale cause de l'abandon des principes de l'école républicaine. Pour éviter la souffrance et les conflits qu'engendrent la sélection, la compétition, les capacités inégales de chaque enfant, la difficulté à accéder à la connaissance et à la culture, quoi de plus logique que de supprimer toute sélection, compétition, contrainte, émulation..., quoi de plus naturel que de baisser le niveau pour l'amener au niveau des plus faibles, que de décréter que toute culture est relative : ainsi Mozart n'est pas supérieur à Doc Gynéco. Pour éviter toute confrontation, on recule face aux élèves perturbateurs, aux caïds. Pour se justifier, on leur trouve toute sorte d'excuses psycho-sociologiques ; on
accuse la société, la France, la police d'être responsables, ce qui permet de détourner le problème. Et surtout, on adapte la règle commune à leurs comportements. On a, bien entendu, une recette magique : le dialogue. Mot qui permet, par un tour de passe-passe sémantique, de transformer toutes les reculades en compromis responsable. On recouvre le tout d'un parfum d'humanisme pour se donner bonne conscience et cacher... sa trouille.

L'école républicaine est malade car la République est agonisante. La République est agonisante car la démocratie, et surtout l'homme démocratique a disparu. Ce dernier aspirait à la liberté mais savait que celle-ci est un combat de tous les jours, souvent ingrat, demandant efforts et sacrifices. Il était conscient qu'un individu est le fruit d'une collectivité, et que sans elle, les mots Liberté et Droits de l'Homme sont des mots vides de sens. Bernanos disait que "l'homme totalitaire précède le régime totalitaire". Espérons qu'il ait eu tort.

Rappelons quand même à nos compatriotes, que le seul état qui garantit un monde sans conflits est ...
la mort.
medium_drapeau.jpg

26/03/2007

Cette nouvelle Eglise qui gouverne la France.

La loi de 1905 a-t-elle réellement eu une utilité ?

medium_eglise.2.jpg


En effet, il est évident qu'une nouvelle Eglise a chassé progressivement l'ancienne Eglise catholique. La preuve par les faits : comme l'ancienne Eglise catholique à son apogée :
- C'est une organisation qui détient un pouvoir considérable sur les esprits.
- Elle a le pouvoir de mobiliser la population française sur tous les sujets qui servent ses intérêts.
- Elle considère qu'elle détient la vérité ; elle impose donc sa vérité par tous les moyens, même le mensonge ou l'utilisation de faux si cela s'avère nécessaire.
- Elle vit dans le luxe et l'arrogance, totalement coupée des réalités quotidiennes, et se permet pourtant de dicter leur façon de vivre et de penser aux français.
- Même si elle est traversée de divers courants et ordres aux théologies différentes, elle sait rester unie sur l'essentiel : la défense de ses privilèges et de ses intérêts.
- Elle sait dissimuler, sous des grands principes humanistes, des considérations souvent sonnantes et trébuchantes.
- Elle aime faire croire que l'Homme n'a pas la capacité d'influer sur son destin, que les forces de la mondialisation le surpassent et qu'elles pourraient, comme Noé, l'engloutir s'il s'avisait de vouloir reprendre son destin en main.

medium_egli.5.jpg

- Malgré le rappel quotidien de son principe créateur (défendre la liberté de tous les hommes), elle défend âprement l'ordre établi et les puissants, au besoin à l'aide de mensonges éhontés et de manipulations grossières.
- Elle est un fervent défenseur de la charité, qui permet de ne pas remettre en cause l'ordre établi et les
privilèges, en organisant de grandes soirées au profit des pauvres. Elle n'a, bien entendu, aucun scrupule à faire la morale aux gens modestes, pendant que ses évêques et cardinaux vivent dans des palaces luxueux.
- Tous les hommes politiques doivent être adoubés s'ils veulent gouverner. Sans son sacre, ils ne sont rien. Ils s'arrangent donc pour défendre ses intérêts et ne pas remettre en cause sa suprématie.
medium_Adoubement1.jpg
- Elle combat également un diable : Hitler. Qui a lui même enfanté des démons qui sont là pour faire peur aux enfants et pour remettre les brebis égarées dans le droit chemin : Bush, Tatcher, Le Pen, Sadam Hussein, l'Iran, Poutine, la Corée du nord, Milosevic... Le simple fait de les écouter ou de réfléchir de manière nuancée sur des sujets les concernant peut vous valoir d'être possédé par le mal et de brûler en enfer. Ses moyens pour les combattre ne passent pas par le pouvoir de la raison et de l'argumentation (sacrilège), mais en se bouchant les oreilles et en psalmodiant ses litanies. Ce qui permet, bien entendu, d'éviter le débat démocratique et les sujets qui contredisent ses dogmes, seuls obstacles à son hégémonie.
- Il y a des paroles ou même des pensées sacrilèges qui peuvent vous valoir le bûcher (médiatique) ou l'ostracisme social (excommunion) si vous ne faites pas la preuve ostensible de votre appartenance au
dogme de la nouvelle Eglise. Des exemples: juif, arabe, noir, homosexuel, colonialisme, banlieue...mots
qui appartiennent tous au dictionnaire et qui n'ont pourtant aucune connotation à priori.
-Le procés d'inquisition a été remplacé par le procés d'intention. Les méthodes et les objectifs sont
pourtant les mêmes: éloigner les géneurs, souder la communauté autour de l'exécution (désormais symbolique mais encore destrutrice) de boucs émissaires, éviter les débats afin de garantir lson ordre sociale. Qu'ils soient coupables importe peu; l'apparence de l'intention suffit.
- Elle peut envoyer au cachot, mettre des centaines de gens à la rue, défroquer n'importe quel fonctionnaire ou homme politique, sans aucune preuve, de par sa seule volonté, sans être responsable civilement devant la collectivité, son pouvoir et sa légitimité nous dépassant.
- Malgré son humanisme affiché et sa condamnation de la violence, elle sait se faire l'apôtre des guerres
ou de l'épuration ethnique (Irak, Kosovo), surtout quand elles ont pour origine une bulle du pape américain.
- Son pouvoir qui s'agrandit de plus en plus, pourrait devenir, comme l'était l'Eglise catholique, totalitaire.

Avez-vous deviné de qui je veux parler ? Des grands médias français, bien entendu.
Combien de temps la chape de plomb va-t-elle durer ? A quand le siècle des Lumières qui nous libérera de cette emprise médiatique ? Le prochain Voltaire est-il né ? A part Finkielkraut, je ne vois pas beaucoup d'hommes médiatisés prendre le risque de dénoncer ces dogmes et cette emprise délétère.
Ah si, j'oubliais : il y a Mr Bayrou, ancien prêtre défroqué. Mais après tout, il vaut mieux tard que jamais.

23/03/2007

Le mensonge sert-il la gauche ?

Les méthodes de Mr Sarkozy sont loin d'être à mon goût. Cependant, il ne fait qu'occuper le vide laissé par la gauche depuis Mitterrand. De la droite libérale et matérialiste, je n'attends rien de positif. Mais, je serais toujours plus sévère avec la gauche car elle porte (ais?) l'espoir des petites gens. Elle a donc une énorme responsabilité dans le malaise actuel. Elle a préféré se compromettre dans toutes les ignominies, plutôt que de perdre le pouvoir. Elle préfère faire de la publicité et du merchandising pour vendre sa soupe plutôt que de revenir aux sources de l'idéal républicain.
Pourquoi prendre le risque de ne pas avoir, tout de suite, le pouvoir en défendant, en paroles et en actes, une certaine idée de l'homme alors qu'il suffit de mettre le paquet dans une belle propagande pour embobiner le populo ?
Mais pour combien de temps ? Le mensonge, la manipulation et l'irresponsabilité ne font que saper la
confiance qui est un des fondements de la société.
Quand cette confiance, qui est déjà bien faible, aura totalement disparu, alors il ne leur restera plus que
la fuite à Varennes.
La vérité est mère de la liberté. La gauche, qui était l'héritière des Lumières et de la Révolution française, l'a hélas oublié, ou y a renoncé pour les délices éphémères du pouvoir et de la gloire. Elle préfère s'enfoncer plus avant dans les marais sordides du mensonge et de la manipulation. La conforter dans cette voie, est-ce lui rendre service ? A t-elle atteint le point de non-retour ? Croit-elle encore à la liberté individuelle ? Croit-elle encore à la Démocratie et à la République ?
En parole certainement, mais pas en acte.
Je le répète, déresponsabiliser la gauche, ce n'est pas lui rendre service.

22/03/2007

Le mirage européen paraît d'autant plus réel qu'on le désire.

Comment unifier l'Europe ? Par l'anglais ? J'ai personnellement beaucoup de mal à croire à une greffe de la langue anglaise, et donc, inévitablement, des valeurs anglo-saxonnes, sur des peuples aussi différents que les français, les polonais ou les portugais. Si on adopte la langue, on adopte également le mode de pensée, les relations sociales, etc...
Est-ce réalisable ? Est-ce souhaitable ? J'en doute...
Pour s'en convaincre, on peut constater le fossé entre la vision américaine ou anglaise du monde, et celle des français. La guerre d'Irak en est une parfaite illustration.
Il ne suffit pas de mélanger les peuples et les cultures dans un shaker, et de secouer pour avoir un nouveau peuple et une nouvelle culture.
Les pires dictatures n'y sont jamais parvenues totalement. D'autres ont préféré l'extermination pure et simple ou la déportation. Voyez les indiens d'Amérique : malgré leur extermination, ils n'ont jamais réellement intégré la société américaine. Le pouls de leur civilisation bat très faiblement, mais il bat encore cinq siècles plus tard. Quant à la nation française, elle s'est forgée sur des dizaines de siècles, et la concurrence entre la langue d'oïl et la langue d'oc ne s'est pas réglée par des décrets de fonctionnaires mais par le fil de l'épée.
Le danger des mirages est qu'ils paraissent d'autant plus réels qu'on les désire.

medium_drapeau_europeen.jpg

19/03/2007

L'Europe est-elle une Nation ?

Il n'y a pas d'unité de langage, ce qui me paraît être une preuve irréfutable que l'Europe n'est pas une Nation ni une société. Le langage n'est pas qu'un outil pour communiquer : il est le moyen qu'une société utilise pour transmettre ses valeurs, ses représentations ; le moyen qu'elle utilise aussi pour s'incarner dans l'individu. En dehors de sa société, l'individu n'est rien.
Comment croyez-vous que la "société" européenne va s'incarner ? Va-t-on obliger la population française et européenne à apprendre l'anglais ? Va-t-on lui inculquer les valeurs anglo-saxonnes ? Savez-vous comment on reconnait un esclave ou un colonisé d'un homme libre ? Il a perdu, à coup sûr, l'usage de sa langue maternelle. Est-ce l'avenir que vous préparez à vos enfants ? Sans cette unité de langage, l'Europe ne sera jamais qu'une chimère comme l'a été l'internationale communiste. Il n'y a jamais eu d'internationale communiste ; il n'y a eu qu'une société russe qui a exploité, grâce à une subtile propagande, les fantasmes et les désirs des démunis pour étendre son empire.
L'apparente stabilité européenne n'est qu'illusion et ne repose que sur quelques éléments que personne ne peut garantir : la prospérité économique, la paix liée essentiellement au nucléaire et à l'implication des USA dans la défense européenne, la relative faiblesse politique et militaire des concurrents de l'Europe et des USA : Russie, Chine, Inde, Moyen-Orient.
Comment croyez-vous qu'évoluerait la soi-disant unité européenne en cas de grave récession économique ou de désengagement des USA dans la défense européenne ? Seriez-vous prêt à mourir ou à voir mourir vos enfants pour sauver la Roumanie attaquée militairement par la Russie ? Quant au nucléaire, il n'est qu'une technologie, qui comme toutes celles qui l'ont précédé, deviendra obsolète. Et alors, croyez-vous que les puissances étrangères nous laisseront tranquilles ? L'Histoire a déjà répondu à cette question.
Comment expliquez-vous que la Tchécoslovaquie ait disparu dans les années 90, pour devenir deux Etats distincts ? Comment expliquez-vous la guerre de l'ex-Yougoslavie ? Sont-ils d'indécrottables arriérés et barbares qui n'ont pas atteint un degré d'évolution suffisant pour comprendre ? L'Europe supranationale n'est qu'un fantasme qui nous rassure et nous permet de nous illusionner sur notre sécurité présente et future. Mais cette idéologie est dangereuse car elle nous oblige à déconstruire une société et une Nation bimillénaire pour la remplacer par........des mots et des concepts souvent fumeux, donc par rien. Les émeutes, les crises identitaires, le communautarisme, le retour de
l'obscurantisme religieux, la récession scolaire et culturelle, les problèmes de violence, le désengagement politique sont les signes avant-coureurs de crises beaucoup plus graves. Ils restent pourtant totalement incompréhensibles pour nos concitoyens qui s'habituent, petit à petit, au pire et à l'inacceptable.
Le totalitarisme, comme réaction à la perte des valeurs et à une atomisation de la société n'est, à mon avis, pas à exclure.
L'Europe existera si elle prend comme pilier les différentes sociétés et donc les Nations. Elles ont des intérêts communs, économiques et stratégiques. Une alliance et une imbrication économique sont bien suffisantes, le reste n'est qu'une dangereuse utopie.
Savez-vous combien de millions de morts l'utopie communiste a fait ? Croyez-vous que nous sommes à l'abri de nouvelles tempêtes ? Le mieux est parfois l'ennemi du bien.
http://pericles.midiblogs.com/

10/03/2007

Chirac champion de l'écologie

Quand le cynisme se marie avec la bêtise..., l'ère des catastrophes se rapproche.
Mr Chirac,champion de l'écologie, après avoir été l'un des piliers de l'agriculture intensive. Mais c'était pour la bonne cause : sa carrière exemplaire au service de la démocratie française, et surtout de sa gloire personnelle.