Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

06/02/2007

Humanité...

"Le secret de l'immortalité de la bonté est dans son impuissance. Elle est invincible. Plus elle est insensée, plus elle est absurde et impuissante, et plus elle est grande."
V Grosman "vie et destin"

Parole ultra libérale sur l'Europe ?

Il faut libérer le monde de son passé historique. Les nations sont les matériaux visibles de notre histoire. Il faut donc brasser ces nations, les mouler dans un ordre supérieur.


Sans l'institution d'une certaine forme de servitude, le développement de la culture humaine n'est pas possible... Ce n'est que de cette manière qu'on pourrait également pratiquer une politique agricole des prix, afin de ramener progressivement les prix de nos produits agricoles au niveau des prix mondiaux.

Adolf Hitler cité par Rauchning dans "Hitler m'a dit"

Paroles étonnantes de modernité. Qui a oublié que le libéralisme fut la première forme de totalitarisme, au 19ème
siècle, qui enfanta le communisme puis le nazisme.

04/02/2007

Relations USA-FRANCE

Sparte avait, sous son hégémonie, des alliés qui ne payaient pas de tribut, mais chez qui elle prenait soin de faire régner une oligarchie répondant à sa commodité.
Thucydide La guerre du Péloponnaise livre I

Pourquoi la France crache-t'elle sur son passé ?

Faire mémoire de Saint Louis, c'est retourner à la source même où buvait l'occident, quand croyant en lui, il se construisait au lieu de se mépriser. Négliger cette prodigieuse histoire, c'est volontairement détruire l'héritage et s'enfoncer plus avant dans le chemin de l'oubli sans retour, qui est celui de la mort sans résurrection.
Guillain de Benouville

03/02/2007

Avenir totalitaire ? Possible !

La formation de l'homme totalitaire précède le régime totalitaire.


Bernanos

Les leçons de l'histoire n'ont jamais servi à rien.


Paul Valéry

Quand j'écoute mes concitoyens.

Rien n'est plus dangereux qu'un homme esclave de ses préjugés sinon l'homme qui se donne, grâce à une espèce de facile disponibilité, l'illusion d'en être réellement détaché.

Bernanos la liberté pour quoi faire ?

02/02/2007

DU HARCELEMENT DANS L'ENTREPRISE...

Que de minables partout ! Que les gens ont donc peur de défendre leur droit à l'honnêteté, qu'ils cèdent facilement, qu'ils sont conciliants, que leurs actes sont pitoyables...

VASSILI GROSSMAN "VIE ET DESTIN"

Avant de voter en mai 2007, il faut savoir...

Dans la politique comme dans l'art, la qualité se perçoit au premier coup d'oeil.

CHARLES de GAULLE

IL VA ETRE DIFFICILE DE VOTER ...

L'école aujourd'hui et la liberté.

Pour le maintien de la tyrannie...

Il est nécessaire de se défaire des grands esprits et des hommes savants, parce qu'ils peuvent trouver, par leur science, le moyen de ruiner la tyrannie. Il ne faut pas même qu'il y ait d'écoles... par le moyen desquelles on puisse
apprendre les sciences, car les gens savants ont de l'inclination pour les choses grandes, et sont, par conséquent, courageux et magnanimes. Et de tels hommes se soulèvent facilement contre les tyrans.
Pour maintenir la tyrannie, il faut également que le tyran fasse en sorte que les sujets s'accusent les uns et les autres, et se troublent eux-mêmes, que l'ami persécute l'ami et qu'il y ait des divisions entre le menu peuple et les riches...
Il faut aussi rendre pauvre les sujets afin qu'il leur soit d'autant plus difficile de se soulever...

Saint Thomas Théologien du treizième siècle... Le cinquième des politiques texte XI

04/01/2007

Traité de Lisbonne : un plat réchauffé !

L’avis du Conseil constitutionnel rendu le 20 décembre établit que le traité de Lisbonne et le TCE sont presque identiques.0f07b5be3d8fc89c96bb721e68a9786a.jpg

Marianne2.fr. — Quelle est la portée de la décision rendue par le Conseil constitutionnel sur le traité de Lisbonne ce jeudi 20 décembre ?

Anne-Marie Le Pourhiet. — Quand on met côte à côte les conclusions de décembre 2007 sur le traité de Lisbonne et celles de novembre 2004 sur le traité constitutionnel (TCE), on est bien en peine de voir les différences ! Il s’agit pratiquement de la même décision, et le texte publié le 20 décembre fait clairement référence à celui que le Conseil constitutionnel avait rendu sur le TCE. Dans le 12e point, qui porte sur les droits fondamentaux, le conseil note même que « hormis les changements de numérotation » la Charte est la même ! Il y a quelques modifications, comme sur le droit de la famille, qui connaît de nouvelles restrictions pour l’intervention des parlements nationaux. Mais dans l’analyse qui est celle des clauses affectant l’exercice de la souveraineté, il n’y a rien de neuf. Le Conseil n’a pas vocation à statuer sur la procédure de validation par voie parlementaire.

M. — La Constitution que révisera le Congrès pour adopter le traité de Lisbonne. Un Comité national pour un référendum (CNR) s’est constitué : étant donné le constat d’identité dressé par le Conseil constitutionnel entre le traité de Lisbonne et le TCE, les parlementaires qui y ont adhéré pourraient-ils obtenir l’annulation de la validation par l’Assemblée nationale ?23ccdd950e0f53db0dbb49ef0f9e05c4.jpg

A.-M. L. P. — Selon la Constitution, soixante députés ou soixante sénateurs peuvent saisir le Conseil constitutionnel. Ils peuvent déférer la loi qui autorise la ratification du traité de Lisbonne en plaidant que l’adoption par voie parlementaire d’un texte qui reprend l’essentiel d’un traité rejeté par le peuple est contraire au principe démocratique consacré par la Constitution. Il n’y pas dans la Constitution français, comme dans celle de la Californie, de interdisant expressément de modifier une loi référendaire par une loi parlementaire. Le Conseil constitutionnel ne consacre pas non plus dans sa jurisprudence, comme le fait la Cour constitutionnelle italienne, la nécessité d’un nouveau référendum pour contourner la volonté populaire. Le Conseil rejeterait probablement la requête mais, pour les partisans du référendum, ce serait un baroud d’honneur.

M. — François Fillon a donné dans un entretien au Monde un résumé de la réforme Balladur sur les institutions : qu’en est-il de l’option référendaire dans cette révision ?

A.-M. L. P. — Le caractère anti-démocratique de la démarche européenne du gouvernement se confirme, puisque l’avant-projet de révision constitutionnel, préparé par François Fillon, prévoit de ne plus rendre le référendum obligatoire pour les futurs élargissements de l’Union. Cette obligation avait été ajouté par l’article 88.5 modifié en 2005 par Jacques Chirac à l’occasion du TCE. Alors que le rapport du « comité Balladur » voulait une « cinquième république plus démocratique », on nous sert, en réalité, une confiscation supplémentaire du pouvoir du peuple.

Anne-Marie Le Pourhiet : « La décision du Conseil constitutionnel sur le traité de Lisbonne confirme celle sur le TCE »

Article publié sur Marianne.fr mercredi 26 décembre 2007