Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/09/2007

Extension du domaine de la lucidité

medium_nvel_obs.2.jpg


Hier partisan des « pédagogistes » les plus acharnés, le Nouvel Observateur admet enfin la situation catastrophique de notre système scolaire. Une autocritique qui ne dit pas son nom.
DossierEcoleNouvelObs

Longtemps le Nouvel Observateur a célébré le système scolaire français, le « niveau qui monte » et les nouvelles méthodes si inventives. Longtemps, le Nouvel Observateur a trouvé ses références dans les livres d'Hervé Hamon ou de Philippe Meirieu, vouant aux gémonies des associations comme Sauver les Lettres ou des initiatives comme la Pétition pour la Refondation de l'école lancée par le mathématicien Laurent Lafforgue. Mais c'était avant. Avant que la catastrophe ne soit trop criante ; avant que la majorité des Français ne commence à s'inquiéter de ces générations qui ne maîtrisent ni la langue française ni les bases du raisonnement scientifique et d'un système scolaire plus inégalitaire que jamais.
medium_merieu.jpg

L'hebdomadaire de gauche a donc décidé de prendre des risques en consacrant sa Une – en lettres jaunes sur fond noir – au « scandale de l'illettrisme ». Citant Fanny Capel et Marc Le Bris, membres de Sauver les Lettres, évoquant la responsabilité des méthodes de lecture ou le manque de cours de grammaire à l'école primaire, les journalistes analysent les causes et les conséquences de ce qui s'apparente à une catastrophe nationale. Un dossier en forme d'hommage à tous ceux qui prêchent dans le désert depuis bientôt dix ans, et que le Nouvel Observateur n'avait pas manqué de disqualifier comme d'affreux élitistes réactionnaires.
medium_polony.jpg


Il est vrai que parmi les responsables du désastre, ce dossier cite les programmes et les méthodes, l'environnement socio-culturel, la télévision… mais jamais les très nombreux idéologues qui ont soutenu ces méthodes ni les médias qui ont accusé de dérive droitière – et quasiment contre-révolutionnaire – ceux qui s'y opposaient. On ne se renie jamais totalement. Cependant, Marianne ne peut que se réjouir de cette lucidité nouvelle qui fait qu'un journal de gauche peut tout simplement écrire ce qui est ; en souhaitant que le Nouvel Observateur ne se heurte pas à l'hostilité systématique du « camp du Bien » qu'il a quitté le temps d'une Une.

par Natacha Polony publié dans l'hebdomadaire Marianne le 12 09 2007