Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

14/03/2008

La Démocratie selon Jean Claude Trichet, Président de la BCE

Hervé Nathan, Rédacteur en chef économie à Marianne, répond au portrait que son confrère de Libération Jean Quatremer a consacré au président de la BCE. (1)



Mon cher Jean (Quatremer),


81c0fb21fbf82bac9868af986321e519.jpgDéclarer son amour à la Banque centrale européenne, le jour où elle propulse l'euro à une parité historique avec le dollar, il faut le faire. Tu l'as fait ! Dans Libération, en dernière page, celle des portraits de la jet-set politique, économique, culturelle. Et avec talent. Permets à celui qui t'a précédé dans l'exercice de te le dire (le dernier portrait de Trichet dans Libé est, hélas, de moi). Bravo, donc. Mais tu te goures, mon cher Jean, au fond sur le caractère profond du président de la BCE. Bien sûr, il adore la poésie. Bien sûr, il est d'une politesse exquise. Evidemment, il adore la rhétorique, et aussi les mathématiques. Il n'est pas aussi bien payé que Daniel Bouton alors qu'il pourrait demander bien davantage, c'est aussi vrai. Et que la droite comme la gauche ont « fait » la carrière de Trichet, oui encore. Mais tu te goures, Jean, lorsque tu nous contes ce que Trichet aime tant que nous (les journalistes) disions de lui : des phrases comme « cet ancien de l'ENA a compris (…) qu'une politique, si bonne soit-elle, ne peut être un succès que si elle est acceptée par les citoyens ».


Trichet et ses pairs définissent la politique, les citoyens l'acceptent

N'as tu pas compris au moment même d'écrire ces mots qu'ils contiennent la vraie nature de Trichet. Car ils signifient : Trichet (et ses pairs) définissent la politique, et les citoyens l'acceptent. En une formule, voici donc les citoyens privés de leur responsabilité. Ils n'ont pas droit au débat, mais à la pédagogie. D'ailleurs, tu le dis toi-même : « Il répète à chaque fois les mêmes phrases ». Comme des enfants, en somme. Comme à des enfants encore, il développe la fable de la « politique monétaire transpartisane», enrobée par les sondages favorables. Mais au fait, quel imbécile peut répondre « oui » à la question : « Voulez-vous que les prix augmentent et que votre épargne s'évanouisse ? »

Ceci rejoint ce que nous savons de Jean-Claude Trichet : banquier central, il ne débat réellement qu'avec les autres maîtres de la finance mondiale. Le reste, gouvernements, partis politiques, organisations syndicales, associations, citoyens, n'ont pas voix au chapitre des grands argentiers. Et le talent du cher Jean-Claude est de nous faire oublier que nous, les citoyens, devrions exiger ce pouvoir qu'il nous a confisqué.

Car il s'agit bien de cela, et tu connais l'histoire mieux que personne. Le Traité de Maastricht, qui instaurait la monnaie unique, contenait une promesse : bâtir face à la BCE un pouvoir économique européen. Qui s'est employé à ce que ce gouvernement économique de l'eurozone reste dans les limbes, s'appuyant sur des gouvernements acquis à cette stratégie, notamment les Allemands : Jean-Claude Trichet, qui a organisé l'anarchie politique au profit de son pouvoir monétaire, portant un coup terrible à l'idée d'une Europe politique, ce qui a contribué à donner au non au Traité établissant une constitution européenne son caractère majoritaire. Ce n'est donc pas principalement la politique monétaire de Trichet qui doit nous poser problème (quoique, avec un euro à 1,53 dollar, on peut se poser des questions…). C'est que son importance soit faite de notre impotence. Et pour longtemps encore.

Amicalement. Hervé
Vendredi 07 Mars 2008


par Hervé Nathan www.marianne2.fr

 

(1) titre et introduction tiré du site  gaullisme.fr